Skip to content

Affaire Bouhafs : LFI et l’art du mensonge intéressé

Par

Aymeric Preault

Publié le

7 juillet 2022

Partage

Nupes

Durant les législatives, l’affaire Taha Bouhafs avait fait grand bruit. Déjà condamné pour injure publique en septembre 2021, il était suspecté d’être impliqué dans une affaire de violence sexuelle, et avait dû annoncer le retrait de sa candidature le 9 mai. Il avait alors expliqué se retirer à cause d’une prétendue campagne raciste de l’extrême droite. Quelques jours plus tard, on apprenait les accusations portées contre lui. Effectivement,  La France insoumise avait reçu des plaintes dès le 7 mai, et annonçait l’ouverture d’une enquête interne à son encontre le 11 mai. « La cellule n’a jamais reçu un témoignage avec des faits d’une telle gravité » déclarait alors Clémentine Autain.

Bouhafs accuse Autain

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest