Skip to content

Albert Edelfelt : peintre du temps retrouvé

Par

Benjamin de Diesbach

Publié le

3 mai 2022

Partage

Enfants
Né en 1854, Edelfelt meurt à 51 ans en 1905. Il traverse « ce Siècle d’or de la sécurité » selon l’expression de Stefan Zweig, ce monde d’hier imprégné d’élégance. En 1873, Edelfelt s’exile à Anvers pour suivre des études à l’Académie des beaux-arts. Ambitieux, il rejoint ensuite Paris, la capitale internationale de la peinture. Il travaille alors dans l’atelier de Jean-Léon Gérôme qui est renommé pour sa peinture d’Histoire. Car Edelfelt se destine au « grand genre »: des toiles inspirées par la littérature ou l’histoire finlandaise. Quelques peintures de cette période sont exposées au Petit Palais comme le Duc Charles insultant le cadavre de son ennemi. La technique est irréprochable mais le style est pompeux. Erreur de jeunesse ! [...]
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest