Skip to content

Audrey Pulvar : Le réchauffement climatique, cause des votes extrêmes

Par

Flamine Fernandes

Publié le

11 mai 2021

Partage

« Sois blanc et tais-toi », oui. « Sois belle et tais-toi », sûrement pas.

En mars dernier, pour donner suite à la polémique autour du syndicat de l’UNEF qui organisait des réunions non-mixtes entre personnes « racisées », Audrey Pulvar avait expliqué son soutien à la cause sur le plateau de BFM TV : « S’il se trouve que vient à cet atelier une femme blanche, un homme blanc (…) on peut lui demander de se taire, d’être spectateur ou spectatrice silencieux ».  Leçon numéro 1 : Si vous êtes une personne blanche, ce n’est pas de votre faute, mais faites-vous tout de même discret et demandez pardon.

Cette fois-ci, c’est via Twitter qu’Audrey Pulvar est revenue à la charge alors qu’elle souhaite mettre en avant sa mesure phare pour les régionales, la gratuité des transports. L’intérêt premier est écologique, mais il s’agit aussi de permettre aux jeunes et aux classes modestes de se déplacer en Île-de-France sans frein financier. Bien entendu, le tout n’est pas gratuit et impliquerait une « fiscalité écologique », autrement dit un impôt. Coup de génie. L’affaire ayant suscité une vague de réaction plus ou moins favorable, l’économiste Thomas Porcher twittait à son attention : « Chère @AudreyPulvar, un conseil : n'écoutez pas ceux qui vous disent de taxer les carburants. Ce serait injuste. Pour info, taux d'actifs utilisant leur voiture pour aller travailler par département : 77 : 63% 91 : 61% 78 : 56% 95 : 54% 94 : 41% 93 : 38% 75 : 14% ».

https://twitter.com/AudreyPulvar/status/1391041403086647299?s=20

Là où nous n’avons vu qu’un tweet parmi d’autres, c’est-à-dire une information appuyée sur des chiffres en sa qualité d’économiste, le troisième œil d’Audrey Pulvar, plus alerte que les autres, a quant à lui perçu des propos discriminants. Adressé à une femme noire victime de racisme systémique, le commentaire serait une autre des nombreuses démonstrations sexistes, fruit d’une volonté inconsciente et dominatrice du mâle blanc. Voici ce qu’elle lui répondait sur le réseau social : « Quand, au plus grand des calmes et sans doute animé de bonnes intentions, tu fais un magnifique mansplaining #ViensOnVaTexpliquerCocotte #FatigueAbsolue ». Le « mansplaining », à l’instar du « manspreading » et autres concepts phares de la lubie féministe mitraillés à tout bout de champ, sert d’argument imparable en désignant la condescendance de l’homme -  infecte créature - qui donne des explications malvenues à l’égard d’une femme déjà informée sur le sujet. Machiste, non ?[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest