Skip to content

Blasphème, le malentendu

Par

Jacques de Guillebon

Publié le

7 décembre 2020

Partage

blaspheme

Comme si rien ne s’était passé depuis 2000 ans, et que l’ancien sacré, totalitaire d’essence, nous revenait en pleine face : ils ont blasphémé, ou bien le faux prophète, ou bien la mauvaise République. On ne sait pas, et ils se renvoient l’injure en boomerang, mais en tout cas on n’a pas le droit de parler. On ? Oui, on, les catholiques qui fondent ce pays et qui le maintiennent dans les derniers reliefs de la civilisation. On, c’est-à-dire nous donc qui avions, après de lourds travaux et d’immenses engueulades, à peu près réglé la question du blasphème et partant de la liberté d’expression : notre morale était, et est encore, une morale de l’intention et qui juge son prochain se juge lui-même.

Dessiner un Jésus à poil quand on sait qu’il a été cloué dans cet appareil sur le patibulum pour nous sauver n’est pas pour nous choquer

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest