Skip to content

Charles Millon : « Réfléchir à une nouvelle politique française en Afrique »

Par

Alexandre de Galzain

Publié le

29 avril 2022

Partage

Charles_Millon©Benjamin_de_Diesbach-4(1)

Comment se passe le retrait des troupes françaises à l’occasion de la fin de l’opération Barkhane ?

Le retrait des troupes françaises en Centrafrique, au Mali et au Burkina Faso est différent à chaque fois. Évidemment, c’est au Mali que la situation est la plus sensible parce qu’il y avait une concentration de troupes françaises importante depuis François Hollande et que la menace y était particulièrement sensible. Aujourd’hui, la situation est complexe : d’abord parce que le gouvernement malien souhaite le départ des troupes françaises, ensuite parce que des liens ont été créés entre l’armée française et l’armée malienne –les premiers ayant formé les seconds – enfin l’arrivée de troupes russes du commando Wagner. Je pense que les troupes vont se retirer pour correspondre au souhait du gouvernement, mais les conséquences sont difficiles à analyser.

Il est tout à fait possible que les djihadistes redéveloppent leur action dans la région, mais on ne sait pas quelles seront les relations entre les troupes Wagner et les troupes maliennes. Nous sommes dans une situation de transition qui me paraît périlleuse. Il faut savoir qu’au Mali, il y a le problème du djihadisme, mais aussi celui de l’irrédentisme. Au Nord du Mali, les Touaregs et les Peuls contestent le pouvoir central malien car ils souhaitent une certaine autonomie. Je trouve tout à fait dommageable que la France se retire car elle aurait pu aider les institutions maliennes à aller vers une situation plus apaisée.

Quelles pourraient être les conséquences pour les entreprises françaises ou l’immigration ?

Tout désordre dans un pays africain amène une augmentation de l’immigration, clandestine ou non. Ensuite, les entreprises françaises se sont déjà retirées du Mali –malheureusement – depuis un certain nombre d’années. La sérénité dans le domaine des affaires est quasi-nulle. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest