Skip to content

[Cinéma] Athena : un tract pour la rémigration

Par

Arthur de Watrigant

Publié le

28 septembre 2022

Partage

athena

Athena est une cité. Un nom bien choisi, puisque Romain Gavras ambitionne de revisiter la tragédie antique version wesh. Le bougre a du talent. Son plan séquence d’ouverture de dix minutes d’une attaque de commissariat vous pète la rétine par sa puissance esthétique. La cause : la mort d’un gamin, « la troisième bavure policière », nous explique-t-on. Gavras coche toutes les cases : un complot d’extrême droite, des flics ripoux et le seul Français de souche de la cité qui se révèle être un djihadiste.

Lire aussi : [Cinéma] Dracula : trente ans et toutes ses dents

Seul inconvénient : ses personnages et la meute enragée qui les entoure ne suscitent guère d’empathie. C’est toujours le même problème avec les racailles : on n’a pas envie de les plaindre. Déjà parce qu’on ne comprend qu’un mot sur deux de ce qu’ils racontent, et puis lorsqu’ils brandissent un drapeau français mais pour l’exhiber comme une prise de guerre, l’envie de napalm n’est pas très loin. Le scénario en tant que tel n’intéresse guère Gavras qui jouit de sa mise en scène, exutoire à sa fascination malsaine pour la violence. Elle justifie tout, même le pire : l’envie de guerre civile.


Athena (1h37), de Romain Gavras, avec Dali Benssalah, Sami Slimane, Anthony Bajon, sur Netflix

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest