Skip to content

Dans l’atelier de Philippe Muray

Par

François Gerfault

Publié le

16 janvier 2020

Partage

Le journal intime est le genre littéraire le plus mensonger qui soit. Pourquoi ? Parce qu’en règle générale il est publié du vivant même de son auteur. Il devient alors un exercice de pose, pire, un instrument d’autopromotion ; et la part de sincérité n’y est plus que résiduelle. Quant au lecteur, il vient y chercher confirmation que l’écrivain reste un être ordinaire, assujetti, tout comme lui, aux plus minables servitudes de la vie quotidienne. Au narcissisme exhibitionniste de l’un répond l’indiscrétion malveillante des autres. [...] Retrouvez cet article dans le dernier numéro de L'Incorrect et en ligne pour les abonnés.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest