Skip to content

De l’effacement irréversible de la langue française dans l’espace public

Par

Frédéric Saint Clair

Publié le

10 décembre 2021

Partage

FOG

La polémique a éclaté instantanément. Laure Adler à Franz-Olivier Giesbert : « Vous êtes blanc. Et fier de l’être. Et y a pas assez de blancs autour de vous ». La raison de cette invective ? FOG, présent aux côtés d’Adler dans l’émission de Karim Rissouli, C politique, avait avoué « avoir le cœur serré » à Marseille, ville où il réside, car il n’entendait plus parler français lorsqu’il se rendait à pied à la gare Saint-Charles en passant par la Canebière… Pauvre Franz-Olivier Giesbert, qui a pourtant donné tous les gages nécessaires pour être classé dans le camp du bien : cosmopolite, amoureux de Marseille et de la diversité, opposant à Zemmour, mais qui n’est pas parvenu à montrer combien il pouvait être naturel d’entendre parler français lorsqu’on vit en France, et qui s’est vu taxer de suprématisme blanc par une demi-savante idéologiquement cadavérique.

Le français est la langue publique, impersonnelle, extra-communautaire, celle du boulot, des administrations, des inconnus

Que penser de Laure Adler ? Rien, si ce n’est ce qu’en pense le misogyne Schopenhauer dans L’Art de l’insulte, c’est-à-dire qu’elle fait partie de ces femmes « dont notre galanterie vieille France et notre vénération douteuse […] n’ont servi qu’à les rendre si arrogantes et brutales qu’elles nous rappellent parfois les singes sacrés de Bénarès qui, conscients d’être sacrés et invulnérables, se croient tout permis ». Le sujet n’est en effet ni Adler, ni le brave FOG qui peine tant et tant à s’extirper de l’emprise tyrannique du journalisme « bon teint ». Le sujet, le véritable sujet, c’est le constat qu’il pose : quand je me rends à la gare Saint-Charles, je n’entends presque plus parler français. Le français disparaît inexorablement, dans nos rues, sur les places de nos centres-villes, dans nos cafés, nos restaurants, nos boutiques. Qui n’a pas vécu pareille expérience ? Moi-même, la dernière fois que je me suis rendu chez H&M pour acheter un vêtement à ma fille, je n’ai pas entendu parler français. Pas un mot. Les langues et dialectes africains et maghrébins se mélangeaient harmonieusement, je dois en convenir, mais de langue française, il n’y avait point. Et là, une fois qu’on a dit cela, une fois qu’on a posé ce constat, et qu’on est passé sous les fourches caudines et moralisantes de l’homme de gauche, l’homme de droite est censé voler à notre secours et déclarer : il faut vérifier que les personnes désireuses d’entrer sur notre territoire maîtrisent correctement l’usage du français. Comment faire comprendre à ce brave homme de droite que ça ne résoudra pas le problème ? [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest