Skip to content

Des abus sexuels dans l’Église et de leur rédemption

Par

Jacques de Guillebon

Publié le

18 juin 2021

Partage

Sans titre

Les abus sexuels et spirituels sont-ils une nouveauté dans l’Église ? Quelle est la particularité des scandales les plus récents ?

 Le « péché des clercs » et des chrétiens a toujours existé. L’Église a traversé de nombreuses crises notamment lorsqu’elle a été marquée par des querelles de pouvoir, quand le pouvoir séculier l’a affaiblie et quand les chrétiens se sont éloignés de la tradition évangélique. Quand on lit les Pères de l’Église et les plus grands maîtres spirituels, on observe qu’à leurs yeux l’imposteur est nu, aussi visible qu’un loup parmi des brebis ou qu’un éléphant dans un couloir. Récemment, on a vu carrément entrer des troupeaux d’éléphants dans la nef et beaucoup de chrétiens les considérer comme de vrais prophètes. C’est cela qui peut choquer. Mais si on lisait davantage la Bible et le magistère, on serait moins surpris et plus résilients. N’oublions pas non plus que l’imposture, les abus, l’emprise, les dérives sectaires, sont aussi des maladies séculières, qui ont traversé tout le XXe siècle et perdurent encore aujourd’hui et nous contaminent tous. L’Église doit justement être le lieu où l’abus est identifié, empêché, dénoncé, combattu et jugé.

Mais la tentation de la désespérance est l’arrière-goût du péché, auquel il ne faut surtout pas se fier : car toute vérité dite sans possibilité de rédemption est un mensonge.


Mais la particularité des abus révélés récemment c’est que l’Église, avec la sécularisation, n’a plus les mêmes moyens que par le passé de faire appliquer le droit canonique dont le but était, pour citer un canoniste du siècle dernier, « de supprimer les obstacles au salut, de punir les crimes nuisibles à la société chrétienne et de fixer les droits et devoirs réciproques aux divers degrés de la hiérarchie ». Dans certains cas hélas, on a souffert d’un manque de diligence, voire de bonne volonté, de la part de certains responsables ecclésiastiques. Dans d’autres cas, ce sont la société, les tribunaux civils et parfois l’institution médicale qui ont été fautifs. L’Église doit se montrer exemplaire dans toutes ces questions et c’est pourquoi les évêques ont pris à bras-le-corps le problème, même si dans certains cas des lanceurs d’alerte (laïcs ou clercs) ont dû les bousculer. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest