Skip to content

Embryon, fœtus, enfant : le dessous des mots

Par

Rémi Carlu

Publié le

10 mars 2021

Partage

embryon

Jusqu’à la huitième semaine de grossesse on parle d’embryon pour désigner l’organisme en développement à la suite de la fusion entre le spermatozoïde et l’ovocyte. À partir de ce délai, les principaux organes et membres sont formés sans être fonctionnels. On parle alors de foetus jusqu’au terme de la grossesse, puis d’enfant après la naissance. Les différents délais de recours à l’avortement en Europe ne correspondent aucunement à ces catégories scientifiques. En France, le statut du foetus est ambigu : tout à la fois, il peut être avorté ou inscrit à l’état-civil en cas de décès. Il est alors nommé, la mère bénéficie d’un congé de maternité, des obsèques sont organisées, autant d’éléments qui ont « scandalisé » le Planning familial, prompt à entretenir par tous les moyens la division étanche entre foetus et enfant. C’est que, par sa neutralité scientifique, le terme « foetus » permet la chosification de l’être, c’est-à-dire une conception de celui-ci comme matière et non plus comme vivant. Ne parler ni d’enfant ni de bébé, c’est opérer une mise à distance émotionnelle, afin de faciliter la prise de décision de la mère en un sens bien défini : celui de l’avortement. Par le langage, il faut dépersonnifier pour euphémiser et déculpabiliser. [...]  

Lire aussi : Délit d’entrave

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest