Skip to content

François Rollet : « L’écologie doit viser l’amélioration du cadre de vie des gens »

Par

Emmanuel de Gestas

Publié le

16 juin 2021

Partage

éol

Pourquoi avoir créé votre collectif ?

Nous avons créé cette association fin 2020 avec plusieurs jeunes de différentes régions de France et de différents horizons. Notre constat était simple : l’écologie au sens noble du terme était accaparée par les chantres de l’écologie politique. Nous avons donc lancé Action Écologie, qui réunit aujourd’hui des centaines de milliers de sympathisants et plusieurs milliers de donateurs – que je souhaite remercier – à travers la France. Nous sentons au quotidien, et ce depuis le lancement de l’association, un véritable engouement autour d’Action Écologie. Notre ambition est simple, devenir la première association en France, défendant une écologie responsable et ancrée dans nos territoires, indépendante de tout parti politique et de toute subvention publique.

De plus, nous sommes à la croisée entre le laboratoire d’idées, puisque nous publions des études d’experts sur des sujets importants de l’écologie – notre dernière étude porte sur les éoliennes –, et le mouvement d’action puisque nous avons lancé une pétition pour demander l’interdiction de nouveaux projets éoliens en France. Nous souhaitons ainsi incarner une écologie qui part de nos territoires et rassemble tous les Français de bonne volonté.

Nous préférons valoriser le paysan que Greta Thunberg. Le premier incarne pour nous l’enracinement, l’humilité, la sagesse. La seconde incarne plutôt la globalisation, la prétention et l’irresponsabilité

Chez Action Écologie, notre mouvement repose sur quatre piliers fondamentaux : dénoncer et démasquer les impostures écologiques ; transmettre la France que nous aimons ; valoriser les solutions respectueuses de nos paysages et de nos traditions ; et mobiliser les Français soucieux d’une écologie responsable.

Quelle vision de l’écologie portez-vous ?

Pour nous, l’écologie doit viser l’amélioration du cadre de vie des gens. Des fortunes sont souvent dépensées pour des résultats minimes – je pense à la lutte contre les émissions de CO2 – alors que nous croyons qu’il serait bien plus utile de tout faire pour rendre nos villes plus belles et plus agréables à vivre, par exemple en réintroduisant du végétal dans nos villes. La ruralité doit servir de modèle aux villes sur ces sujets-là. Personne n’aime vivre dans un environnement bétonné, marcher sur des trottoirs jonchés de déchets ou encore se baigner dans une mer polluée. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest