Skip to content

HEC à l’heure de la diversité

Par

Flamine Fernandes

Publié le

14 mai 2021

Partage

Eloïc Peyrache, le directeur général d'HEC, a donné aux Echos une interview publiée le 11 mai dernier à propos de nouvelles mesures qui devront permettre une plus grande accessibilité pour les boursiers de l’école des Hautes Etudes Commerciales de Paris. Un discours qui par sa volonté de réforme tournée vers l’accélération des « enjeux de diversité et d’ouverture sociale » avait un petit air de déjà-vu, alors qu’Emmanuel Macron déclarait début avril qu’il fallait appliquer à l’ENA – ou devrait-on désormais dire l’ISP – une sélection de « profils moins déterminés socialement ».

Faites entrer la diversité

Première volonté mise en avant, permettre aux « étudiants boursiers sur critères sociaux » de constituer 20 % des élèves « d’ici deux à trois ans », puis de passer à un quart de la totalité des étudiants. Comment cela sera-t-il possible ? En passant bien évidemment par les concours de sélection : les candidats auront droit à des « points de bonification », avantage non négligeable qui pourra se réitérer si ces derniers sont amenés à passer les examens une seconde fois. Attention à la nuance, seuls les boursiers sur critères sociaux en bénéficieront. Ce privilège a quelque peu fait polémique parmi les étudiants puisqu’il pose inévitablement des problèmes de légitimité, d’injustice et de mérite.

« Il y a toujours le sujet de la stigmatisation… Mais il n’y a aucune raison d’avoir peur de cette mesure. Nous assumons pleinement ce maintien des bonifications »

Mais celui qui avait été nommé à l’unanimité par le comité d’HEC n’en démord pas : « Il y a toujours le sujet de la stigmatisation… Mais il n’y a aucune raison d’avoir peur de cette mesure. Nous assumons pleinement ce maintien des bonifications ». Dans cette même optique, l’épreuve de culture générale connaîtra quelques modifications : pas d’allègement – entendons-nous – mais des sujets « plus abordables ». Ainsi sera favorisée « l’analyse » plutôt que la « culture générale », car jugée hautement plus accessible. Il ne faudrait pas risquer « qu’ils soient secs sur un sujet qu’ils [les étudiants boursiers] ne comprennent pas ». Autrement dit, qui n’a pas la connaissance suffisante pour intégrer HEC aura la possibilité de passer tout de même entre les mailles du filet.

Insatiable ritournelle progressiste

Il ne fallait pas non plus déroger aux inévitables lubies du moment, pour lesquelles le fraîchement nommé DG – depuis cinq mois à peine – a ajouté vouloir « aller plus loin ». C’est là que va débouler la militante acharnée Caroline de Haas, et avec elle l’objet de sa fierté de féministe : le groupe Egaé. Agissant « en prévention des violences sexistes et sexuelles », il interviendra auprès des victimes de harcèlement pour qu’elles puissent « s’exprimer en toute confidentialité » et « libérer la parole »[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest