Skip to content

La culture dans les griffes de la gauche

Par

Alain Blanville

Publié le

2 juin 2021

Partage

mitterrand photo

Après avoir nommé Jack Lang au poste à la Culture, avec un budget doublé dès 1982, jusqu’à représenter 1 % du budget de l’État (de 2,6 milliards de francs en 1981, il sera à 13,8 milliards de francs en 1993), il faut bien dépenser tout ce pognon: créations de centres artistiques nationaux, aides à la création, mise en place de journées dédiées (fête de la musique, journée du patrimoine, fête du cinéma), de fondations (les fonds régionaux d’art contemporain, le centre national des arts plastiques), mise en œuvre de chantiers plus extravagants les uns que les autres; tous les copains de la mitterrandie se font arroser: l’Art Officiel est né, ce sont les potes, ils sont de gauche. Ils sont placés à la tête des fondations, ainsi les places et les distributions d’aides ne se font plus que par copinage ou par cooptation.

Lire aussi : Mitterrand #saccageparis

Parallèlement, la télévision publique met en branle une machine de propagande: le début des années 90 voit notamment la création d’Arte, qui est depuis la chaîne officielle de l’Antifrance, mais surtout la diffusion de séries télévisées imposant une vision fantasmagorique de la vie typique du socialisme, qui se poursuivra bien après la disparition de François Mitterrand, ouvrant la porte au lavage de cerveau permanent diffusé par nos téléviseurs. On peut penser à la très anecdotique Seconde B, qui suit les aventures de cinq adolescents d’un lycée difficile de banlieue parisienne, leurs peines de cœur, et traite des problèmes de société, du multiculturalisme. Bien entendu, les élèves sont tous adorables, métissés, et veulent régler les problèmes du quartier.

Tous les copains de la mitterrandie se font arroser: l’Art Officiel est né, ce sont les potes, ils sont de gauche

On peut aussi évoquer L’Instit, série dans laquelle on se prend d’affection pour un professeur remplaçant qui aide les élèves en difficulté sur fond de problèmes de société (encore et toujours les mêmes), et qui préparait les parents aux changements à venir dans l’Éducation nationale : le professeur n’est plus celui qui transmet le savoir, mais un « grand-frère », un éducateur là pour régler les problèmes des jeunes.

Les enfants de ces deux séries seront P.J, qui illustre la vie d’une police judiciaire fictive dans le Xème arrondissement (l’un des plus mal famés, déjà à l’époque), où les problèmes peuvent se régler en « battle de danse », et où une vilaine fliquette blonde et raciste finira par faire un enfant avec un policier noir, et aussi, mais surtout, l’inénarrable Plus belle la vie, qui aura diffusé, au moment où sont écrites ces lignes, 4 286 épisodes d’un Marseille fantasmé où des skinheads blancs agressent les Arabes. On trouve au casting notamment le prêtre Christian Delorme, à l’origine de la Marche des Beurs, mais aussi Matthieu Kassovitz. Tout un programme. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest