Skip to content

La Guerre des Etoiles, une saga assassinée ?

Par

Marc Obregon

Publié le

17 janvier 2020

Partage

L’industrie cinématographique américaine est en train de connaître une sorte de mutation terminale à l’heure où la plupart des productions (désormais qualifiées par les communicants de simples contenus) sont captées par des plateformes de streaming désormais toutes puissantes. Après l’ère des producteurs, puis celle des réalisateurs, voici donc venue l’ère des plateformes : quand les algorithmes régulent un divertissement de masse épuisant jusqu’au dernier atome chaque univers de fiction exploitable. Menant cette uniformisation progressive de l’imaginaire, les moguls de Disney ont déjà fait du vide en rachetant coup sur coup Lucas Film, Marvel et la Fox, faisant ainsi main mise sur 80 % des licences à succès. Les héros de Marvel semblent avoir le superpouvoir de générer à l’infini des films ripolinés et identiques, avec toujours le même succès, comme si les spectateurs étaient frappés d’amnésie avant chaque visionnage. Apprivoiser l’univers singulier de Georges Lucas tenait d’une autre paire de manches, avec des implications économiques et artistiques majeures. L’ultime opus de la saga vient de déferler sur nos écrans : le monument brûle-t-il ? Marc Obregon envisage cette question avec l’impartialité d’un Jedi. [...] Retrouvez cet article dans le dernier numéro de L'Incorrect et en ligne pour les abonnés.
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest