Skip to content

« La Révolution » sur Netflix, ou le totalitarisme en marche

Par

Mélanie Courtemanche-Dancause

Publié le

19 octobre 2020

Partage

Le catéchisme gauchiste nous rabat les oreilles avec la Révolution française, acte de naissance supposé de la Liberté : jusqu’alors, les rois avaient exercé une tyrannie sans limites sur le pauvre peuple français, esclave de la bigoterie religieuse et de l’égoïsme aristocratique, livré à l’ignorance et à la faim, à la superstition et au crime. Avant Robespierre le déluge, nous enseigne-t-on encore à l’école, avec le plus candide sentiment de vérité. Les communistes poussent la supercherie un cran plus loin encore : petite sœur de son illustre aînée, la Révolution d’octobre 1917 a rétabli l’égalité native entre tous les hommes, mis dans les fers par un complot des forces dominantes qui n’a que trop duré. Plus c’est gros, plus ça passe.

Dans Penser la Révolution, le brillant historien François Furet botte les fesses de toute l’historiographie marxiste, désinformatrice en chef, et nous appelle à sortir de la métaphysique révolutionnaire pour entrer dans un débat plus sérieux, et aux conséquences autrement plus importantes : la Révolution française est-elle véritablement une rupture d’avec l’Ancien Régime ? Ou couronne-t-elle des dynamiques politiques et sociales déjà à l’œuvre dans la France prérévolutionnaire ?

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest