Skip to content

Les Corsaires et la lutte en ligne contre la bien-pensance

Par

Auguste Lesage

Publié le

8 novembre 2021

Partage

corsaires

Corsaires VS Giants : David contre Goliath

Les Sleeping Giants sont un groupe de pression, dont les membres, anonymes, agissent sur la toile pour véhiculer la bien-pensance. Ils sont à l’origine actifs aux États-Unis, pays dans lequel ils agissent en tant que police de la pensée médiatique. Leur but ? Ôter toute visibilité aux organes de presse qu’ils estiment nocifs, en les déclarant vecteurs de racisme, d’homophobie et de haine en général. Leur mode opératoire est simple : ils interpellent sur les réseaux sociaux des entreprises qui diffusent des publicités dans ces médias, en expliquant qu’il est intolérable de les laisser toucher du public du fait de leurs idées conservatrices. Depuis 2017, cette association s’est implantée en France avec l’objectif annoncé de « tarir le discours de haine ».

Ils ont ainsi visé de nombreux médias de droite dans l’hexagone, leurs cibles favorites étant Valeurs Actuelles et Cnews ; les SG ont sommé sur Twitter Lidl, UberEats, Sofinco et bien d’autres, de retirer toute allusion à ces canaux d’informations de leurs sites Web. Et le fait est que leur propagande fonctionne : en dépit de la liberté de presse, les annonceurs ôtent progressivement tous les liens qui renvoient vers ceux que les Sleeping Giants décrient parce qu’ils ne pensent pas comme eux.

Les Corsaires sont l’alternative permettant à ceux qui sont attachés à la liberté de presse de défier la dictature idéologique qui plane sur nos médias

Qui sont les Corsaires ?

Face à cette dictature idéologique, un groupe de volontaires s’est engagé dans la lutte pour la liberté d’opinion. Ce sont les Corsaires, chargés historiquement de s’interposer entre les vaisseaux pirates et les navires de la marine marchande. Ils entendent aujourd’hui jouer le même rôle, et leur mission est de protéger les actifs de tous les médias attaqués arbitrairement par les Giants.

Les Corsaires utilisent les armes de l’ennemi, à savoir les réseaux sociaux, pour contrer l’influence grandissante de l’association américaine bien-pensante. Ils vont ainsi rappeler sous les publications des SG que la presse doit pouvoir s’exprimer librement en France, peu importe son bord politique, sans qu’aucune organisation ne vienne entraver la publicité qu’elle s’offre. Le mouvement prend progressivement de l’ampleur : depuis sa fondation en octobre, un bon millier de Corsaires se sont inscrits sur leur site officiel et ce chiffre augmente chaque jour. De plus, des personnalités publiques, conscientes de la gravité du problème que posent les Sleeping Giants, ont rejoint le navire – parmi qui Charles de Meyer, Stanislas Rigault, Thaïs d’Escufon, Alice Cordier ou encore Baptiste Marchais et Julien Rochedy. 

Lire aussi : Baptiste Marchais : L’homme le plus fort du monde

S’engager pour la liberté de la presse

Contre l’idéologie des Sleeping Giants, les Corsaires veulent utiliser la ferveur d’un mouvement populaire pour montrer que la censure n’a pas droit de cité en France. Dans cette mesure, n’importe qui peut rejoindre le combat. Il faut simplement s’inscrire sur leur site internet et disposer d’un compte Twitter. Ainsi, dès qu’une nouvelle entreprise est sommée de retirer ses publicités pour un média, les Corsaires reçoivent une alerte par mail ou par SMS, plusieurs messages préparés devant dissuader la marque de céder, ainsi que des visuels d’illustration. De fait, cette tactique commence à porter ses fruits : sur les trois batailles engagées avec NRJ, Total et Thalys, pas une n’a donné raison au groupuscule américain. Alors même que le grand public ignore jusqu’à l’existence des Sleeping Giants, ceux-ci font peser une lourde menace sur la liberté d’opinion. Les Corsaires sont l’alternative permettant à tous ceux qui sont attachés à ces valeurs de défier la dictature idéologique qui plane sur nos médias. 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site officiel des Corsaires

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest