Skip to content

Littérature jeunesse pour boomers décadents

Par

Gabriel Robin

Publié le

28 septembre 2021

Partage

gabrobin

Dans ses deux volumes du Déclin de l’Occident, Oswald Spengler radiographiait l’inéluctable décadence de notre civilisation après la première grande guerre mécanisée. Peut-être faudrait-il ajouter à ces deux tomes des suites, tant notre époque paraît s’effondrer sur elle-même dans un grand feu de joie malsaine. Un tour dans un rayon jeunesse d’une belle librairie française suffit à s’en convaincre.

Qu’est-ce que la littérature de jeunesse ? Qu’est-ce qu’un essai politique destiné aux bambins ? La vraie question sous-tendue par l’existence de bibliothèques entières consacrées aux esprits en formation est celle de leur édification. La construction de la personnalité d’adultes en devenir s’appuie sur des livres justement de plus en plus édifiants, théoriques, pompeux et verbeux. Ceux qu’on trouve présentement sur les étals des libraires n’ont d’ailleurs pas d’autre projet que de formater des jeunes déjà extrêmement sollicités par une propagande totalitaire protéiforme, en leur proposant des argumentaires clés en main sur les grands sujets du siècle : migrations, féminisme, pensée magique, et autres « valeurs de la République ».

Lire aussi : Comment Valérie Pécresse finance l’idéologie LGBT

Il est difficile à l’amateur de belles lettres de l’admettre, mais les bibliothèques sont peut-être devenues l’un des endroits les plus dangereux pour la jeunesse – du moins celle qui s’y aventurera sans précautions, sans formation préalable prodiguée par un entourage cultivé. Au détour des rayons enfants des magasins les plus sérieux, on tombera ainsi sur Le Petit illustré de l’intimité de la vulve, du vagin, de l’utérus, des règles, etc., ouvrage de Mathilde Baudy et Tiphaine Dieumegard aux Atelier Belle. Le dessin de couverture ne fait pas mystère du programme : un vagin, grand ouvert et rubicond en son centre. « Regarde entre les jambes » : tu y trouveras chère enfant un anus, un pubis, un méat urinaire ou encore des glandes de Bartholi. Moi, moi et mon vagin. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest