Skip to content

L’ŒUVRE AU FÉMININ

Par

Guillaume de Lacoste Lareymondie

Publié le

16 janvier 2018

Partage

ALLUMEUSE2

Si le titre paraît trivial, le livre ne n’est pas. Il s’agit bien du carnet rétrospectif d’une toute jeune femme – au sortir de l’enfance – aux prises avec son pouvoir de séduction.

 

De note en note, l’abîme de son intériorité se creuse et la sépare de la commune destinée assignée aux filles. « Toutes les filles sont folles, j’avais une folie anormale : quand tout le féminin troupeau se rendait au point d’eau d’un miroir, je vaquais aux travaux des anges » (p.69). Une vision térébrante de la condition féminine, comme enfermée dans la mystique de l’apparence, se dessine au long du récit.

En 1977, Lydie Dattas avait écrit un météore littéraire, La nuit spirituelle, un texte incandescent de beauté brute, qui témoignait de sa lutte avec l’ange. D’autres livres ont suivi, peu nombreux mais sublimes aussi. Cependant cet opus inaugural laissait une béance. Le Carnet qu’elle publie aujourd’hui me semble être l’accomplissement que cette œuvre appelait.

 

Lire aussi : Marie Noël, poète et sainte

 

A juste titre, Lydie Dattas peut se dire une allumeuse ; elle écrit une eau de vie très pure qui s’enflamme à la lecture et qui ne peut être goûtée que par petites gorgées. Sa prose est à l’apogée de ce que permet la langue française, fulgurante. Il est heureux que ce livre ne soit pas paru dans la grande débâcle des prix, où il aurait été éteint et perdu. Il peut maintenant trouver son chemin, celui des œuvres majeures.

 

 

Carnet d’une allumeuse

Lydie Dattas

Gallimard

92 p. – 12,50 €

 

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest