Skip to content

Où sont les intellectuels de droite ?

Par

Christophe Boutin

Publié le

16 septembre 2021

Partage

intellecutels

Contrairement à ce qui existe dans d’autres pays (comme les États-Unis, l’Italie, l’Espagne, la Pologne ou l’Allemagne), contrairement aussi à ce qui fut le cas en France à d’autres époques (on songe à la IIIe République, mais aussi à la brillante cohorte (en tête de laquelle Raymond Aron et Jules Monnerot) réunie au sein de Liberté de l’esprit, la revue du RPF du général de Gaulle), les « intellectuels de droite », les producteurs d’idées et de textes appartenant à cette sensibilité, semblent avoir déserté les partis politiques dits « de droite », Les Républicains ou le Rassemblement national, et jusqu’aux abords de ces derniers. Pourquoi ne sont-ils plus dans les partis ?

Sans doute parce que, depuis maintenant une soixantaine d’années, depuis les débuts de la Ve République, ce qu’il est convenu d’appeler « la droite » a très largement abandonné le combat intellectuel, fascinée sinon  tétanisée par la prétendue légitimité de la gauche en la matière : c’est au point que l’appellation « intellectuel de droite » est longtemps apparue comme une sorte d’oxymore, l’intellectuel étant par définition et en quelque sorte naturellement de gauche, car comment penser à droite ?

Il n’est de bon intello que de gauche

Cette situation se traduit par le manque d’intérêt des partis de droite à l’égard des intellectuels et des questions théoriques, quand bien même prétendent-ils parfois avoir en leur sein un « groupe de réflexion » ou un « centre d’études ». À ce sujet, on peut évoquer une anecdote révélatrice, celle de la présentation publique, en février 2012, du tout premier numéro de la revue théorique de l’UMP, Le Mouvement des idées. Ce soir-là, devant les hautes autorités du parti, devant la presse et en présence des auteurs y ayant contribué, Jean-François Copé, alors secrétaire général de l’UMP, ne parvint malheureusement plus à se souvenir... du titre de la revue ! Ce qui, et c’est peut-être le plus significatif, ne gêna ni ne surprit manifestement personne. Toutes ces choses sont au fond si secondaires... [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest