Skip to content

Partout, les saints : sainte Germaine de Pibrac

Par

André Larreguy

Publié le

30 septembre 2022

Partage

germaine de pibrac

Une obscure bergère de province française morte à l’aube de la vingtaine ; une marâtre démoniaque qui lui mène la vie dure : non, vous n’êtes pas dans le remake Netflix de Jeanne d’Arc contre Cendrillon, déjà parce que l’héroïne ne sera pas incarné.e par un.e transgenr.e racisé.e obèse.nt et ensuite parce que, comme le titre l’indique, vous vous apprêtez à lire la biographie non autorisée de Germaine Cousin, plus connue sous le nom de Sainte Germaine de Pibrac.

Pour sa vie, ce sera rapide : née en 1579 dans une famille de laboureurs de Pibrac, à côté de Toulouse, elle perd rapidement sa mère, et son père épouse en secondes noces une femme acariâtre qui éloigne Germaine, faible et scrofuleuse, de la vie familiale, la forçant à vivre dans un réduit, à l’écart du reste du foyer. Pour seule occupation, Germaine fait paître ses brebis, assiste à la messe, et finit par être retrouvée morte dans son appentis en 1601 à seulement 22 ans. Enterrée dans la foulée à Pibrac, clap de fin. Une vie misérable, portant son lot de petites joies et de grandes souffrances qui serait oubliée aussitôt terminée ? Pas sur ce coup. En effet, la courte existence de Germaine a été parsemée de nombreux miracles, qui, si elle en avait pris connaissance, n’auraient pas manqué d’édifier sa belle-mère.

Lire aussi : Partout, les saints : Damien de Molokaï

Les loups la détestent : découvrez comment à l’aide d’une simple quenouille plantée en terre, elle éloigne les loups de son troupeau pour aller tranquillement à l’office pendant ce temps. Ils riaient d’elle en disant qu’elle n’arriverait jamais à traverser cette rivière en gardant les pieds secs. La façon dont l’eau s’écarte pour la laisser encore une fois aller à la messe va vous surprendre ! Sa belle-mère croyait qu’elle volait du pain. Ce qu’elle va découvrir en ouvrant son manteau par surprise va vous laisser sans voix (des roses à profusion (alors qu’on est en plein hiver qui plus outre !)) Ce dernier miracle place directement Germaine dans la catégorie des saintes Élisabeth de Hongrie et du Portugal, ce qui ressemble fort à une promotion expresse. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest