Skip to content

[Portrait] Valérie Dutrieux : conjuguer le passé au présent

Par

Alexandra do Nascimento

Publié le

22 août 2022

Partage

brocante

En plein cœur du Perche, au cœur de la forêt de Reno-Valdieu, la superbe charpente de l’ancien atelier de menuiserie de La Bonnière à Saint-Victor abrite désormais cinq cent mètres carrés de meubles et objets de décoration. Valérie Dutrieux est à l’origine de Brocboutik, une brocante atypique et pleine de vie qui suscite un engouement inter-générationnel. Et lorsqu’un jeune homme de quatorze ans lui achète une désuète machine à ruban pour écrire un livre, on a des raisons de penser que l’endroit est inspirant. Il suffit de s’y rendre pour savourer l’instant ou mesurer l’effet de la découverte sur le chaland averti ou sur la visite inopinée. Impossible de ne pas s’identifier à des îlots d’enfance et difficile de ne pas se projeter dans un instantané de rénovation. Le sensationnel de l’adresse relève probablement de la qualité de quatre facteurs : temps, musique, objets, accueil.

L’accueil, parce que Valérie laisse le temps et l’espace à l’arrivant. Chacun est libre de déambuler. On devine sa présence, bien qu’elle soit affairée à restaurer ou repeindre. Une résurgence du temps où elle affectionnait arpenter le grenier de son arrière-grand-père pour y découvrir seule au calme et à son rythme bon nombre de formes insolites et songer aux gens du passé et à leur façon de vivre. Ce qui frappe d’emblée c’est l’art de la mise en scène, le goût exquis avec lequel se côtoient des pièces éclectiques.

Revendeuse certes mais surtout un talent fou pour orchestrer l’espace et c’est l’une des sensations majeures de Brocboutik

Revendeuse certes mais surtout un talent fou pour orchestrer l’espace et c’est l’une des sensations majeures de Brocboutik. « J’envisageais d’être décoratrice, et je suis contente de ne pas l’être. Je travaille en collaboration avec les décorateurs. Mais j’aime que les gens viennent choisir leurs objets, me demande des conseils, et suivre ce qu’ils font des objets ». Elle aménage et façonne sans cesse des petits recoins à thème. On s’affale volontiers dans les clubs en cuir en saisissant une revue vintage. On teste sans vergogne le moelleux d’un matelas de tapissier jeté non négligemment sur le lit en fer forgé patiné. On vous servira même un jus de pomme chaud au coin du poêle à bois en hiver, ou une citronnade maison au gré de l’été ! C’est un endroit absolument accort et vivant. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest