Skip to content

Punk hérétique pour hymne cannibale

Par

Stéphanie-Lucie Mathern

Publié le

4 juin 2021

Partage

SLM

Nous sommes le 16 avril, il est presque une heure, nous n’avons plus que la télé. Une sélection de DVD a été faite sur un canapé beige. Après avoir vu Masques de Chabrol où la garde-robe de Noiret constitue le précis de mode parfait, et ses leçons de vie absolues, « étaler ce qui devrait être pudique est une obscénité », nous passons à Schizophrenia de Gerard Kargl. « Gaspar Noé conseille ce film. Oui, je sais. Comment tu le sais? Je ne sais plus dans quel magazine. Et toi? Moi non plus ».

L’histoire est simple et clinique – après avoir purgé une peine de quatre ans pour avoir assassiné une femme âgée (sans aucun mobile), un homme se met immédiatement à la recherche d’une proie. Il finira par s’introduire dans la première résidence trouvée sur le chemin, scellant ainsi le destin d’une petite famille bourgeoise. Une sorte de Vis ma vie en temps quasi réel de déséquilibré/tueur en série. Le prologue est une mise en garde et explique la situation actuelle : « Je n’avais aucun mobile, j’avais seulement l’impression qu’il devait se passer quelque chose ».

Lire aussi : Réouverture des cinémas : les films à voir et à fuir

Ici on est en Autriche dans les années 80. Les couleurs sont belles et froides. Tout est photographique. C’est mortifère et obscène. Le look du personnage est idéal, punk en costard d’hérétique intégral. Erwin Leder ressemble à un vampire avec son grand corps désarticulé d’aristocrate. Le crime devient sexy sur la musique de Klaus Schultze. Le Carpenter allemand. Il faisait partie de Tangerine Dream, ce groupe un peu new age berlinois. Schultze connaît le grave d’un synthé, la note qui fait battre le cœur. La répétition et le minimalisme ne font qu’accroître la tension des images.

La caméra vit, ne reste jamais en place. Elle désoriente autant que le personnage. C’est un corps, souvent nerveux, presque hystérique. On fait du surplace dans un paysage vide qui ressemble à son espace mental. Le massacre est de hasard. La violence, l’extase et l’angoisse contrastent avec le monologue intérieur ininterrompu du personnage. La voix off est l’illustration de la folie. Nous sommes immergés dans les pensées du tueur, qui exprime ses pulsions dévastatrices, son désordre existentiel: « J’ai peur de moi-même, de ce que je suis ». L’errance est traumatique ; il faut poursuivre, inlassablement. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest