Skip to content

Puy du Fou : les batailles de l’histoire

Par

Rémi Carlu

Publié le

5 avril 2022

Partage

Puy du fou

Le parc d'attractions vendéen, créé en 1989 par Philippe de Villiers et actuellement présidé par son fils Nicolas, est dans l’œil du cyclone. Un essai très largement commenté, Le Puy du Faux. Enquête sur un parc qui déforme l’histoire (Les Arènes), et bien accueilli par l’intelligentsia française pointe du doigt l’utilisation frauduleuse faite de l’histoire par le Puy du Fou, quatrième parc à thème en France par sa fréquentation, et qui essaime depuis quelques années en Espagne, en Russie et même en Chine.

Lire aussi : Défense et illustration de l’enseignement du droit aujourd’hui

L’ouvrage a été rédigé par quatre historiens : Pauline Ducret, spécialiste de la Rome antique et enseignante à l’université de la Réunion ;  le médiéviste Florian Besson, professeur au collège et à l’origine du compte twitter « Actuel Moyen Âge » ; Guillaume Lancereau, professeur d’histoire contemporaine à Sciences Po Toulouse et spécialiste de la Révolution française ; Mathilde Larrère, enseignante-chercheuse à l’université Gustave-Eiffel de Marne-la-Vallée et spécialiste du XIXe siècle. Ils se sont rendus sur place durant trois jours en août 2021, ont assisté à tous les spectacles plusieurs fois, ont décortiqué la documentation et les menus, ont analysé jusqu’aux goodies vendus dans les boutiques.

SOS d’universitaires en détresse

Quoique ayant apprécié les spectacles sur le plan technique et esthétique, leur constat est sans appel : il s’agit d’une grande entreprise de falsification de l’histoire, d’autant plus dangereuse que le parc, contrairement à d’autres, se fonde explicitement sur la matière historique – ce en quoi ils ont raison. Et pourtant, les éléments avancés sont assez faibles ; on reproche au parc une utilisation anachronique de minuscules carolines ou d’une bougie, de parler avec Clovis du « premier roi chrétien » alors que les empereurs romains l’étaient déjà (il nous semble pourtant que roi et empereur ne désignent pas la même chose, ce que ces historiens savent du reste puisqu’ils reprochent au parc de donner à tort à César le titre d’empereur), ou d’inventer des sources en parlant de l’« anneau de Jeanne d’Arc » (il ne s’agit pas d’une invention mais d’un débat sur son authenticité, comme pour beaucoup d’objets passés). Pas de quoi nous semble-t-il tromper les enfants qui y viennent en voyage scolaire, et il faudrait, pour que leurs travaux soient soient tout à fait honnêtes, lister en face ce qu’ils y apprennent et que l’école préfère taire. [...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest