Skip to content

Reportage : Les sorcières de sang-mêlé

Par

Gabriel Robin

Publié le

13 janvier 2020

Partage

sorcière
Peu enclin à être sacrifié en hommage à Lilith ou à atterrir dans la marmite d’un pot-au-feu sabbatique, je me suis dit qu’il serait plus sage de me rendre à un vernissage autour du thème des « sorcières et du chamanisme » organisé par la galerie La Papesse à Toulouse. Dès mon arrivée dans cette petite galerie d’art sur deux étages, quelques toiles m’ont interpellé. Représentant la déesse indienne Kali dévorant des enfants ou écrasant des testicules d’hommes, les peintures affichaient une étrange couleur rouge tirant sur le marron. Signées Alison Flora, les peintures étaient réalisées à l’aide… de sang humain. Le sang de l’artiste qui se le prélève elle-même, comme me l’a confirmé la visite de son compte Instagram sur lequel on peut découvrir des dessins particulièrement malsains. Les visiteurs n’avaient quant à eux pas l’air
La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest