Skip to content

Soul : notre critique

Par

Marc Obregon

Publié le

17 mars 2021

Partage

soul

Soul devait couronner le grand retour de Pete Docter à la mise en scène. Après le succès de Là-haut et de Vice Versa, le plus existentialiste des artistes de Pixar entendait bien mettre la barre plus haut en choisissant le thème le plus casse-gueule possible : la mort. 

On voyait bien sur le papier comment Soul avait tout pour être un chef-d’oeuvre : la confrontation entre l’univers libéré du jazz et l’au-delà régi par des lois immuables, un discours un peu méta qui évoque les difficultés de points de vue au sein des grandes entreprises (pour un animateur de Pixar, le monde est une grande entreprise), et une ambition graphique qui voulait se mesurer à l’histoire du dessin animé et de la représentation problématique du paradis et des âmes… [...]  

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest