Skip to content

Un homme de trop : notre critique

Par

Arthur de Watrigant

Publié le

6 avril 2021

Partage

Sans titre

1943 : au prix d’une opération risquée, un groupe de résistants d’un maquis des Cévennes réussit à libérer de leur prison douze condamnés à mort. Une fois en lieu sûr, il s’avère qu’il y a, parmi les évadés, un homme de trop. Tandis que les Allemands sont sur leurs traces, les chefs du maquis se demandent donc que faire de cet inconnu. Est-il une taupe ?

Pour son deuxième film, Costa-Gavras s’offre un casting de luxe : Cremer, Piccoli, Vanel, Brialy, Brasseur, Perrin… Rarement un film français put s’offrir une telle affiche. Réédité par Arte, c’est l’occasion de (re) découvrir que lorsqu’il ne cède pas à ses pulsions de propagandistes, Costa-Gavras peut être un excellent cinéaste. Un Homme de trop se savoure comme un western, avec ses paysages arides, son défilé de gueules de cinoche et ses scènes de flingage parfaitement maîtrisées[...]

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ? Se connecter

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

  • Papier
  • Web
  • Tablette
  • Mobile
Formule numérique

À partir de 4,10€ / mois

  • Web
  • Tablette
  • Mobile

Vous souhaitez lire la suite ?

Débloquez tous les articles de l’Incorrect immédiatement !

Formule Intégrale

À partir de 5,80€ / mois

Formule Numérique

À partir de 4,10€ / mois

EN KIOSQUE

Découvrez le numéro du mois - 6,90€

Soutenez l’incorrect

faites un don et défiscalisez !

En passant par notre partenaire

Credofunding, vous pouvez obtenir une

réduction d’impôts de 66% du montant de

votre don.

Retrouvez l’incorrect sur les réseaux sociaux

Les autres articles recommandés pour vous​

Restez informé, inscrivez-vous à notre Newsletter

Pin It on Pinterest